Honey's blog

10 juin 2010

De l'influence du prix du café sur le réchauffement de la planète

N'en déplaise à Mr. Claude Allègre, j'ai la preuve que le réchauffement de la planète est un processus irréversible hélas 3 fois hélas.
Ma démonstration est simple, on en jugera ci-dessous. Lors d'un voyage au Pays Basque espagnol, en partant de Toulouse, les différents arrêts/café en descendant vers le sud ont démontré que:
le prix du café dans un bistrot de Nogaro (Gers, 32) est de : 1 €
le prix du café dans un bistrot de Soustons (Landes, 40) est de : 1€50
le prix du café dans un bistrot de Biarritz (Pyrénées Atlantiques, 64) est de  : 1€90

Annie_21_octobre_2009_172

C'est ainsi que l'on peut mathématiquement affirmer que le prix du café étant inversement proportionnel à la chaleur dégagée dans l'atmosphère, que la planète est en train de se réchauffer avec le nombre de tasses de café absorbées.


Posté par honeybis à 11:20 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


16 juillet 2009

String ou culotte

Je viens de lire un article dans liberation.fr qui m'a fait hurler de rire.

Franchement, je ne veux rien vous révéler du contenu de cet article, parce que je souhaite en laisser la paternité à son auteur, Patrick Cauvin, que j'apprécie beaucoup comme écrivain et journaliste.

Je sais très bien que vous allez cliquer sur ces liens et c'est exprès que je les ai mis! Bonne lecture!

Mais plus tard vous reviendrez parce que j'avais mis en titre "string ou culotte" et vous voudrez savoir pourquoi!
 



Remerciements à :
Kheyliana, à laquelle je pardonne quelques petites fautes d'orthographe parce qu'elle est Belge et faut bien balancer des méchancetés aux Belges qu'on adore, et moi des Belges que j'adore, ben yen a plein, à commencer par Brel, Jacques de son prénom, enfin le feu Jacques, parce que le Joooooooonniii, lui, il me sort par les yeux, je dis les yeux paske c'est plus poli que euh....par exemple rectum....ça serait poli si je disais rectum?...oh et puis bof, je peux bien te le dire à toi ami lecteur puisque si tu lis ce post c'est que tu as été attiré par son titre "string ou culotte" alors c'est que tu es un sacré coquinou, bé ouais l'ami de Nicolas le petit, bé il me sort par le rectum, donc je remercie la charmante kheyliana, c'est elle qui m'a conseillée, il y a longtemps, lorsque j'écrivais encore, de mettre en titre "sring ou culotte" pour racoler des lecteurs.

et à :
Scarlett,  elle a parlé de mon blog il y a au moins 2 ans, à l'époque j'écrivais et j'étais amoureuse.

Bonne nouvelle! Je me remets à écrire!

Posté par honeybis à 11:32 - Commentaires [4] - Permalien [#]

05 octobre 2008

A Albi, les faucons naissent

http://www.mairie-albi.fr/evenements/faucon.htm

Quid des vrais?

Je sais qu' il y en beaucoup, mais ceux-là ne sont pas filmés.

Heureusement!

Posté par honeybis à 04:01 - Commentaires [2] - Permalien [#]

08 juillet 2008

Parfois la douleur….

Parfois la douleur est si forte qu’elle m’empêche de respirer !

On dirait que quelqu’un m’enserre le torse d’un corset à l’ancienne, un de ces corsets à baleines qui se lace dans le dos, et la personne (la chose ?) tire sur les lacets, de telle sorte que ma respiration se fait de plus en plus difficile. J'ai les poumons écrasés, je sens que mon coeur s'affole, il devient terriblement douloureux, et dans le même temps un étau se ferme sur mon cou. Je manque d'air.

J’aspire l’air à petits coups, seul le haut des poumons reçoit l’air, et la douleur m’envahit, me serre le cœur.

Les larmes viennent, elles coulent, entraînant le trouble de ma vue, je ne suis plus capable de lire, d’écrire. Je m’abstrais à mon monde.

La douleur est insupportable, je lutte, j’ai l’habitude de la douleur physique, je l’ai souvent apprivoisée, mais la peine psychique comment la combattre ?

Avoir mal au cœur, mal à la tête, au dos, je connais, j’ai beaucoup pris de morphine dans un passé proche, je suis une habituée de la douleur, mais celle-ci me terrasse, bientôt par manque d’oxygène profond, j’ai comme des éblouissements mais la douleur ne se calme pas, j’ai hâte de dormir, de retrouver les anges du sommeil.

Difficilement, je m'endors, mais souvent je me réveille et je me remets à pleurer, je dis son nom , je le répète indéfiniment, comme une incantation, je pleure mon amour déçu, toutes mes larmes ne le feront pas revenir.

Quand on perd une personne qui nous est chère on peut faire le deuil, l’évoquer doucement, tendrement, avec les familiers, on fait revivre le mort, on évoque les souvenirs heureux, on se serre autour de nos souvenirs…

Mais là ? avec qui évoquer le disparu ? J’ennuie tous mes amis (ceux qui restent fidèles) avec mon chagrin, ils sont incapables de le faire revenir !

Tu ne m’aimes pas, tu as décidé de m’éjecter de ta vie, tu me condamnes à la douleur, cette douleur insupportable qui est devenue maintenant ma plus fidèle compagne, elle est là dès que je ne fais pas l’effort de sortir afin d’être entourée, parce que, au milieu de gens amis, je m’efforce de faire bonne figure, je vais jusqu’à rire, et même faire rire les autres.

Mais comment ne voient-ils pas que mon sourire tremble, que mon rire est un ricanement plutôt que la manifestation de la joie ? Oui, vous êtes-là, oui, vous me dites que je peux vous appeler, mais pourquoi faire ? Pour vous dire que je souffre, que je ne peux pas respirer, que je me noie dans le chagrin, que je m’enfonce dans le trou noir de la dépression.

A quoi bon…les gens qui souffrent ennuient le monde, j’en ai bien conscience.

Vous me trouvez embellie, amincie, oui ? le manque d’appétit sans doute ?

Si au moins je pouvais trouver un palliatif, une drogue, l’alcool, que sais-je.

La douleur est là, je pleure, j’arrête d’écrire.

A quoi bon ?

 

Un jour, je m’en sortirai.

 

Ou pas.

Posté par honeybis à 23:25 - Commentaires [19] - Permalien [#]

06 juillet 2008

recette

Ennairam m'avait envoyé une "chaîne de cuisine", j'ai suivi les instructions, mais je n'ai reçu aucun retour.

Alors je donne la recette que j'avais envoyée à la première personne de la liste donnée:

Flan de pommes de terre aux 2 fromages

(cuisson au micro-ondes, plat économique, plat unique)

Préparation: 15 min

Cuisson: 20 min en tout

Puissance: 750 watts restitués

 

Ingrédients pour 6 personnes:

1kg de pommes de terre

150g de mimolette

100g de Comté

200 ml de lait

poivre

pour servir: persil hâché

un plat à cuisson micro-ondes avec son couvercle

 

1) Eplucher les pommes de terre, lavez-les et émincez-les en tranches fines (comme des chips)

2) couper la mimolette et le comté en lamelles fines.

3) dans le plat, disposer une couche de pommes de terre, une couche de Mimolette, poivrer; une couche de pommes de terre, une couche de Comté, poivrer; continuer l'opération jusqu'à épuisement en terminant par une couche de fromage (c'est plus joli).

4) Arroser de lait, mettre le couvercle de cuisson et faire cuire 15 min, puissance 750 watts restitués.

5) Laisser reposer 3 min et poursuivre la cuisson 5 min.

 

Servir chaud (ou tiède, en cette saison) saupoudré ou non de persil hâché, en accompagnant de salade verte.

Posté par honeybis à 13:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


21 avril 2008

censure

J'avais trouvé ça marrant moi....apparemment sur ce site de rencontres, on ne rigole pas, on censure!

Cette photo m'a été refusée pour la raison suivante:

La photo que vous aviez proposée pour votre fiche a été refusée par le modérateur ****** pour la raison suivante :
"pas de photos à connotation politique".


pic18716

Posté par honeybis à 12:41 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

15 avril 2008

Finalement, c'est bien lui que je préfère

Et en plus, il n'a pas oublié mon anniversaire,
lui........

diapo_clooney


(merci à Y.G.)

Posté par honeybis à 14:42 - Commentaires [8] - Permalien [#]

26 mars 2008

l'effet miroir

Dans le contre jour de la voiture j'admire  son profil.
Sa bouche avec ses lèvres pleines me ravit toujours et j'en ai le coeur serré.

Il a fait couper ses cheveux depuis peu. Ainsi on voit mieux sa tête ronde. Mon bras, comme malgré moi se tend et ma main les caresse . Avec mes doigts je fourrage dans cette masse épaisse et vivante.

Je lui dis « mon amour,  tu es beau, tu me plais. Je t’aime »

Il rit…grommelle… "allons ce n’est pas vrai, tu ne penses pas ce que tu dis, je ne suis pas beau"

Alors je suspends ma caresse, je retire ma main, et je dis je m’entends dire non je ne le pense pas, en fait c’est à moi que je dis comme je t’aime, comme tu me plais, que je t'aime ma chérie, j'aime tes cheveux, j'aime te regarder, j'aime tout de toi...j'aime être avec toi, tu fais de ma vie un enchantement, oui vraiment, tu es ce qui m'est arrivé de meilleur..

Par un effet miroir, je viens d'exprimer tout ce que j'attends de lui, tout ce qu'il ne m'a jamais dit....

Jamais en effet ces mots n’ont  passé ses lèvres, ses lèvres que je trouvais si émouvantes un moment auparavant. Jamais il ne m’a complimentée, jamais il ne m’a dit ces mots d’amour que j’espère. Jamais il ne m’a prise en photo, ou alors si mal que je me suis trouvée affreuse et que j’ai voulu qu’il efface ces traces de moi.

 

Il prétend ne pas être un communicateur (sic) mais à ce niveau son absence de communication frise le désinterêt.

 

Non vraiment cet homme n’aime pas l’hiver et je ne suis pas blonde.

Posté par honeybis à 01:21 - - Commentaires [11] - Permalien [#]

28 janvier 2008

Bonané

Cédant à la pression de mes lecteurs oui je me la  pète grave...j'vais me gêner, té!...je leur écris un  tout petit message...bé ouais....je n'ai pas trop de temps en ce moment...juste pour souhaiter à tous et toutes, une bonne année.

Pour moi, à tout seigneur, tous honneurs, je me souhaite une année aussi bonne que celle qui vient de finir. J'ai de très bonnes raisons pour écrire ça...héhéhé...j'ai réchappé à un attentat, à mon propre suicide, à une banqueroute, j'en passe et des moins bonnes.

Non, j'déconne, rien de tout ça.

Je suis passée à travers la foudre, j'ai reçu un bon coup (de foudre) et je suis toujours vivante, telle la ravie de la crèche.

Championne du monde du coup de foudre, je suis.
Oh! pas pour le renvoyer,
hein?
, ce serait trop beau.

Posté par honeybis à 13:27 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

31 décembre 2007

Phalaenopsis

dernières
images
de
2007

mon_plaisirmon plaisir

































son_plaisirson plaisir


notre_plaisir


notre plaisir.........

Posté par honeybis à 15:27 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

18 décembre 2007

crémaillère

A tous ceux qui se désolent de mon absence abracadabloquesque, je réponds:

Paris ne s'est pas fait en un jour, na!

(ni même 2 me souffle ma voisine)

(et ho! et même plus que ça! crie ma concierge)

(j'attends le nombre de jours exacts que me donnera Myrtille, avec les heures et les secondes)

Bon enfin bref, mon temps est occupé:

1) à bosser (j'écoute NS qui m'a demandé de travailler plus pour gagner plus)
2) à redécorer mon appart (vu que je gagne plus d'argent j'en dépense plus, mathématique mon cher Watson)
3) à râler paske j'ai pris l'abonnement Numéricable et que, si j'avais attendu l'an prochain, j'aurais eu ma tivi payée par les vieux et donc j'aurais économisé plein de sous ( ah bon? j'ai rien compris?)
4) à mater Eurodisney et les pipoles qui le fréquentent paske je n'ai plus de temps (voir n°1) et plus d'envie (voir n° 3) pour y aller moi-même en vacances.

Donc, bientôt, crémaillère dans la ruche.

Posté par honeybis à 15:53 - Commentaires [3] - Permalien [#]

28 octobre 2007

Amours et plantations

Mon amie S***** est d’un naturel souriant. Elle est toujours de bonne humeur, c’est sans doute pour cette raison que beaucoup de gens lui confient leurs problèmes de cœur.
Moi, qui la connais bien, je sais que son sourire est souvent noyé dans l’eau de ses yeux.
Aussi, je m’efforce de la voir souvent, ou, à tout le moins de lui téléphoner régulièrement, elle est tellement fragile…

 Elle vit en ce moment un amour douloureux. Elle aime P****** d'un amour immense, elle l'admire, elle le vénère. Il  semble gentil, attentionné avec elle, fidèle, mais d’après ce qu'elle m'en dit, il l’aime moins qu’elle le souhaiterait.

 

Il y a quelques semaines, elle me racontait son week-end : ils avaient planté des arbres.

Et moi de m’écrier :

« Quelle belle symbolique ! Planter des arbres ! Tu te rends compte? Quel  pari sur l’avenir ! Cet homme t’aime, tu peux en être certaine ! »

Elle avait eu une petite moue crispée, me confiant qu’elle avait essayé de le convaincre de planter un liquidambar.

Cette passion pour les liquidambars lui était venue de sa grand-mère, femme qu’elle adorait. Elle la cite souvent et apparemment son empreinte est restée vivace dans son souvenir. Sa grand-mère, qui était aussi sa marraine, et dont elle porte fièrement le prénom, lui avait offert un liquidambar afin qu’il soit planté dans sa maison. Son ex-mari, ayant trouvé l’arbre à son goût, l’avait planté en belle place, et tous les ans, S***** guettait l’automne pour admirer la magnifique coloration des feuilles. Plus tard, ayant quitté son mari et sa maison, elle avait espéré pouvoir avoir une maison à elle, avec un petit jardin, et y planter un liquidambar, et renouer ainsi, à travers le nouvel arbre, le dialogue interrompu avec sa grand-mère adorée.

 

[Le liquidambar

        Originaire des forêts tempérées allant du Connecticut jusqu’au nord de la Floride 
et en Louisiane, le Liquidambar porte aussi le joli nom de copalme d’Amérique. C'est un bel arbre élégant et majestueux au port pyramidal. Son feuillage cuivre, or ou pourpre est une des merveilles de l'automne.
Un automne éblouissant

La silhouette gracieuse du Liquidambar prend d’abord un port pyramidal avant de s’arrondir. C'est un des plus beaux arbres d’ornement. Son feuillage élégant, finement découpé est son atout maître, surtout quand il se pare en automne de ses étonnantes nuances rouges qui vont de l’écarlate au pourpre foncé, en passant par le cuivre. Les nuances varient sensiblement d’une année sur l’autre et selon les sujets. Son écorce creusée et ses rameaux rougeâtres complètent les attraits de cet arbre durant l'hiver.

Bel arbre d'ombrage
Pour profiter au mieux de sa remarquable couleur automnale et de son port élégant, il est conseillé de planter le Liquidambar en arbre isolé. Si vous avez la chance d'avoir une pièce d'eau dans votre jardin, plantez-le de façon à bénéficier de ses reflets magiques. Installé en arrière plan d’une haie, il aura un effet majestueux.Vous pouvez aussi l'associer avec d’autres arbres à joli feuillage automnal qui acceptent les mêmes conditions de culture : érables, tulipiers de Virginie, Parrotias, Oxydendrons ou Nyssas. Au pied, quelques plantes tapissantes persistantes comme un lierre panaché ou des géraniums vivaces apporteront une touche de lumière.
Un arbre qui pousse sans soin particulier
Le Liquidambar ne pose pas de problème de culture dans un jardin d’amateur.]

 

liquidambar_automne_P1504

 

Son chéri avait, dans un premier temps, me raconta t’elle, semblé s’intéresser aux liquidambars lors de leur passage à la pépinière. Il avait acheté quelques arbustes à fleurs, un arbre pour sa fille et des pensées. Elle-même avait flashé sur une magnifique orchidée de couleur pourpre, mais il ne l’avait pas jointe au panier.

De retour chez lui, elle avait planté les pensées, les dents serrées, dans les jardinières, et s’en était retournée dans son appartement.

 

Plus tard, dans la semaine, il était allée voir des arbres, dans une autre pépinière et avait acheté un ginkgo biloba pyramidal. Le liquidambar, renseignements pris, pouvait atteindre

15 m

en 30 ans, et il ne souhaitait pas avoir un arbre aussi haut dans son jardin. Question d’équilibre ?

                                                                                                            

Quand elle avait vu le ginkgo, chez lui,  S***** n'avait pu s'empêcher de dire en voyant l'arbre rachitique , aux feuilles d'un vert jaunâtre:

"Ah! C'est ça?" timbre





Comment "ça" pourrait rivaliser avec "une des merveilles de l'automne"?

dinan2

Quant à la taille du ginkgo, S***** est sceptique, il n' y a qu'à voir la photo ci-dessus: c'est un arbre gigantesque!

Ainsi, S***** n'aura ni son liquidambar, ni l'orchidée de belle couleur.

A moins que.........


Posté par honeybis à 22:13 - Commentaires [7] - Permalien [#]

03 octobre 2007

Shanghai, Pékin, Francfort, Blagnac : retour en QCM


 

Il rentre de Shanghai, via Pékin (il dit BEIJING, comme les gens qui s’y connaissent), et Francfort.

Il a passé là-bas 2 longues semaines, et j’ai hâte de le retrouver.

Hier soir, il m’a appelée de Pékin, il sera à Francfort dans la matinée du lendemain. Effectivement il a  rappelé de Francfort pour confirmer son arrivée à l’aéroport (sauf retard) pour 14h55.

 

A 14h50, je suis assise face à l’escalier du Hall B, sur un des fauteuils des rangées situées juste perpendiculairement à la trajectoire qu’il devra prendre, je ne peux pas le manquer.

 Il devrait arriver d’une minute à l’autre, d’une seconde à l’autre…. J’en tremble d’excitation… Il m’a appelée tous les jours, et même 2 fois par jour, profitant des pauses dans son emploi du temps et en jonglant avec le décalage horaire, mais quand même, le téléphone, ça ne remplace pas la chaleur de ses bras.

Il est 14h55 et je regarde des enfants anglais (je les comprends parce qu’ils se chamaillent en faisant grand bruit, et leur mère, dolente, ne fait rien pour les calmer) qui s’agitent et s’époumonent  entre les rangées de fauteuils.

 

Alors je vous laisse le choix de la suite :

a)Il descend les escaliers, je me précipite à sa rencontre, et d’émotion, je me casse la figure entre les jambes des enfants anglais….p*******d'enfants anglais, je les hais, je les hais, je les hais!

b) Il descend les escaliers, mais je ne le reconnais pas, car il porte des lunettes de soleil, il a coupé ses cheveux, et il porte un costume de businessman qui ne lui va pas, du reste.....ce qui lui va à lui, c'est la décontraction, des jeans, des polos, ou rien.......

c) Il descend les escaliers, je me précipite vers lui mais je m’évanouis sous le coup de l’émotion....J'ai eu honte après coup, mais ça avait vraiment de la gueule, non? un évanouissement pur style Sarah Bernhardt au XXIème siècle, dans l'aéroport.........

d) Les enfants anglais m’ont tellement énervée que je me suis disputée avec leur mère, ça a créé un tapage pas possible dans l’aéroport, il m’a entendue et est venu à ma rencontre. Je me suis cachée entre ses bras, rouge de confusion......

e) Il n’est pas arrivé à l’avion de 14h55.....je me suis trompée d'heure?.......

f) Distraite par les enfants anglais et leurs cris, je ne l’ai pas vu descendre, et j’ai loupé son arrivée. C’est par téléphone que j’ai appris son arrivée..........

year_of_the_pig1

Posté par honeybis à 02:16 - Commentaires [17] - Permalien [#]

24 septembre 2007

Du sable comme s’il en poussait



En ce premier week-end du mois d’Aout, à l'île d'Oléron, sur une plage* dont j’ai oublié le nom, il y avait un concours de châteaux de sable…..

chateau2chateau1

chateau3


Cliquer sur les images pour les agrandir

chateau7



chateau4

Mon préféré!

boyard2Fort Boyard, que l'on voit au loin........

La plage s'appelle Foulerot.

Posté par honeybis à 20:25 - Commentaires [9] - Permalien [#]

14 septembre 2007

lu dans l'hebdo de télérama

"Les ours ne s'unissent pas comme les autres animaux mais en se regardant, s'étreignant et s'embrassant comme le font hommes et femmes. Le temps du plaisir est chez eux plus long que chez n'importe quelle autre espèce et s'accompagne de caresses et de jeux semblables à ceux de deux amants." Bestiaire latin anonyme, début XIIIe siècle.

Je me demande, si, lorsque l'ourse est quittée par son amant, elle pleure et a envie de mourir.

Ou alors.........
Un ours aime une seule ourse pendant sa vie, la voit vieillir à ses côtés, après avoir fait des oursons, ils ont refait la cabane régulièrement, ils ont affronté les difficultés et les ennemis des ours ensemble, côte à côte.

Je voudrais être une ourse:  être regardée, étreinte et embrassée. Je veux un temps de plaisir plus long que chez n'importe quelle espèce, et surtout je veux que mon ours ne me quitte jamais.

Posté par honeybis à 10:27 - - Commentaires [4] - Permalien [#]